Pharmacie Fraysse - Flux RSS de conseils santé Les conseils santé de Pharmacie Fraysse et dossiers sur les maladies et pathologies les plus courrantes. https://pharmacie-fraysse-fontenaysousbois.pharmacorp.fr/conseils Tue, 24 May 2022 10:51:34 +0200 <![CDATA[Comment prendre la température d'un enfant ?]]>

Il est essentiel de mesurer la température pour déterminer la fièvre. La méthode de prise de température dépend de l'âge de votre enfant : la température rectale est plus précise chez le nouveau-né allant jusqu'à l'enfant de 5 ans. On considère que la fièvre est présente à partir de 38°C de température rectale.


Si la fièvre est modérée et supportable (si votre enfant continue de manger, de boire, sourire, que son état général n’est pas trop altéré), une surveillance est suffisante. En cas de fièvre, quelques gestes simples permettent d'améliorer le confort de son enfant :

  • Evitez de surchauffer les pièces : la température idéale doit être comprise en 18 et 20°C. Aérez régulièrement ;
  • Evitez les surcouches de vêtements ou de linge de lit : la chaleur pourra ainsi s’échapper et contribuer à faire tomber la fièvre. On évite à l’inverse de déshabiller complètement son bébé ou son enfant qui risque de grelotter et d’avoir froid ;
  • Hydratez-le souvent, sans le limiter : avec de l’eau un peu fraîche ou une boisson qu’il aime. Pour les plus petits, pensez à lui proposer souvent de boire ;
  • Evitez les bains « frais » : donner un bain à 2°C en dessous de sa température n’aurait pas un effet bénéfique sur l’état de votre enfant qui pourrait se mettre à grelotter ;
  • Pensez à vous laver les mains à l’eau savonneuse régulièrement pour éviter de transmettre l’infection.
]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/535-comment-prendre-la-temperature-dun-enfant
<![CDATA[Allaiter son bébé : oui ou non ?]]> En accueillant leur bébé, les jeunes parents se trouvent face à des problématiques auxquelles ils n’ont souvent jamais été confrontés par le passé. Le choix de l’allaitement au lait maternel ou au lait infantile aussi appelé “lait maternisé” fait partie des questions principales que les parents se posent dès la naissance de leur enfant. 

 

Allaitement maternel : une brève définition 

L'allaitement maternel correspond au processus par lequel le lait maternel humain est donné à un enfant pour couvrir ses besoins nutritionnels et biologiques. Le lait maternel peut provenir du sein, ou peut être extrait à l’aide d’un tire-lait avant d’être donné au nourrisson. 

Selon les experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les nourrissons devraient être nourris au sein dès leurs premières heures de vie et ce durant une période d’au moins six mois. À l'échelle mondiale, environ 38 % des nourrissons sont allaités exclusivement au sein au cours de leurs six premiers mois de vie.

 

Allaitement exclusif 

Le lait maternel est le premier aliment naturel pour les bébés. Il fournit toute l'énergie et les nutriments dont le nourrisson a besoin pendant ses premiers mois de vie, et il continue de fournir jusqu'à la moitié ou plus des besoins nutritionnels d'un enfant pendant la seconde moitié de la première année.

Le lait maternel favorise le développement sensoriel et cognitif de l’enfant. Il protège également le nourrisson des maladies infectieuses et chroniques. 

L'allaitement maternel contribue à la santé et au bien-être des mères ; il réduit le risque de cancer de l'ovaire et de cancer du sein et il représente un mode d'alimentation sûr et sans danger.

 

Que contient le lait infantile ou le “lait maternisé” ? 

Le lait infantile est en fait une préparation pour biberons. Les enfants peuvent s’en nourrir dès la naissance, et ce jusqu’à l’âge de 5 ans. Le lait infantile est commercialisé sous la forme de poudre se trouvant dans des boîtes stériles, à diluer dans de l’eau selon un dosage précis. À l’instar du lait maternel, le lait infantile couvre tous les besoins nutritionnels du nourrisson. Il est ainsi riche en vitamines, en fer et en nutriments essentiels pour préserver la bonne santé de l’enfant. 

Le composant de base du lait infantile est le lait de vache. Cependant, il existe certains laits spéciaux qui n’en contiennent pas et qui sont destinés aux enfants qui ne tolèrent pas celui-ci. Si l’enfant montre une intolérance au lait infantile, le pédiatre peut prescrire une formule à base de soja, ou de lait hydrolysé. Si une intolérance au lait hydrolysé est constatée, une préparation à base d’acide aminé sera recommandée. 

 

Les bienfaits de l’allaitement maternel 

En plus d’être constamment disponible et gratuit, le lait maternel présente les avantages suivants : 

  • Il contient tous les nutriments essentiels pour le bébé
  • Il favorise un système digestif sain : les bébés allaités sont moins susceptibles de souffrir de diarrhée et de reflux gastro-œsophagien
  • Il augmenterait le QI des enfants selon de récentes recherches
  • Il prévient les risques de mort subite du nourrisson
  • Il protège les enfants prématurés
  • Il protège contre des pathologies telles que l'asthme et les allergies, le diabète et l'obésité.

Le lait maternisé, quant à lui, contient également des éléments nutritionnels essentiels à la bonne santé de l’enfant.

À partir de 6 mois, l’alimentation de votre bébé pourra être diversifiée et vous pourrez faire entrer des produits solides au menu. C’est donc l’occasion de lui faire découvrir les laitages sous d’autres formes, afin qu’il profite de leurs bienfaits de manière différente. Bien entendu, cela devra être fait progressivement, puisque votre bébé continuera à prendre le sein ou le biberon, en parallèle des nouveaux aliments.
 

Sources

https://cutt.ly/kGK2o8X
https://cutt.ly/tGK2yUs
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9892025/

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/534-allaiter-son-bebe-oui-ou-non
<![CDATA[Recyclage de médicaments]]>

Le saviez-vous ? Jetés dans la poubelle ou dans les toilettes, les médicaments peuvent polluer les sols et les rivières car ils contiennent des principes actifs. C'est pourquoi l'association Cyclamed, agréée par les pouvoirs publics, a pour mission de collecter et valoriser les Médicaments Non Utilisés. 

Pour ce faire, il suffit de faire le tri et de ramener toutes les substances actives en pharmacie :

  • Les médicaments collectés en pharmacie sont les comprimés, les pommades, les crèmes, les gels, les sirops, les ampoules, les aérosols, les spray, les inhalateurs ...
  • Les aiguilles et seringues utilisées sont à mettre dans des boites sécurisées (DASTRI) et à remettre à la pharmacie à part.
  • Les compléments alimentaires, produits chimiques, produits vétérinaires, les cosmétiques, les lunettes, les prothèses ... ne sont pas collectés.

Lorsque vous souhaitez déposer vos médicaments non utilisés à la pharmacie, pensez à bien séparer les emballages carton et notices en papier et ne ramener que le médicament en tant que tel.

www.cyclamed.org

 

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/533-recyclage-de-medicaments
<![CDATA[Quand et comment utiliser un test de grossesse ?]]>

Voici comment faire un test de grossesse à domicile :

  1. Combien de temps attendre pour faire un test ? Vous pouvez le faire dès le jour présumé des règles et même jusqu'à 8 jours avant selon les modèles
  2. Il est recommandé de le faire le matin car les urines sont plus concentrées
  3. Placez le testeur dans un flacon d'urine ou sous le jet d'urine
  4. Il détecte dans les urines la présence de l’hormone HCG secrétée par l’œuf puis par le placenta
  5.  Si une barre s'affiche, le test a fonctionné
  6. Au bout de 5 minutes, une seconde barre apparait si vous êtes enceinte

Quelle est la fiabilité d'un test de grossesse ? Si le mode d'emploi présenté ci-dessus a été respecté, le test sera fiable. Un faux négatif peut venir d'une mauvaise utilisation ou d'un test réalisé trop tôt.

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/531-quand-et-comment-utiliser-un-test-de-grossesse
<![CDATA[Alopécie : Qu’est-ce que c’est ? Comment traite-t-on la perte de cheveux rapide ?]]> Le 27 mars dernier, le célèbre acteur Will Smith a violemment défendu son épouse souffrant d’alopécie durant de la cérémonie des Oscars. Mais d’où vient cette maladie et quels sont les traitements possibles? Nous vous répondons !

 

Qu’est-ce que l’alopécie ?

L’alopécie est le terme médical pour désigner une pathologie qui entraîne une chute de cheveux importante qui, avec le temps, finit par dégarnir le crâne. Souvent d’origine génétique, cette maladie qui se manifeste par une perte de cheveux soudaine et rapide toucherait une personne sur cent.

Il existe plusieurs types d'alopécie. Les plus communes sont les suivantes :

  • La pelade : c’est une maladie auto-immune qui provoque la perte soudaine de plaques rondes ou ovales de cheveux
  • L’alopécie androgénétique : elle est plus connue sous le terme de “calvitie” et se manifeste par une perte de cheveux au-dessus du crâne
  • L’alopécie cicatricielle : celle-ci est caractérisée par la destruction définitive des follicules pileux. Les cheveux ne repoussent donc pas
  • L’alopécie induite par la chimiothérapie : les cheveux tombent du fait du traitement médical utilisé dans le traitement des cancers ou de tumeurs spécifiques
  • L’alopécie frontale fibrosante : dans ce type d’alopécie, c’est la partie frontale du cuir chevelu qui est affectée
  • L’alopécie de traction : c’est une perte de cheveux progressive provoquée par des coiffures trop serrées

 

Les causes de l’alopécie

L’alopécie résulte d’une combinaison de divers facteurs. Lorsqu’elle n’est pas d’origine génétique, le stress, un régime alimentaire trop strict ou une mauvaise hygiène de vie peuvent en être la cause. En outre, elle peut être causée par une infection ou par des facteurs hormonaux tels qu’une grossesse, l’allaitement ou la ménopause.

Par conséquent, lorsqu’une chute de cheveux brutale est observée, il est important d’en rechercher rapidement la cause afin d’éviter la survenue de conséquences plus graves.

 

Le traitement de l’alopécie

Il existe aujourd’hui plusieurs solutions pour corriger une alopécie, selon l’origine de la maladie.

  • Les traitements médicaux à application locale : bien qu’ils soient souvent efficaces, il faut attendre quelques mois avant de voir apparaître des résultats satisfaisants

  • Les traitements à base de stéroïdes à application locale : ils permettent de stimuler la repousse des cheveux et sont préconisés pour les personnes chez qui les injections de stéroïdes sont déconseillées

  • Les injections de stéroïdes : Elles sont considérées comme le traitement le plus efficace contre la pelade. Injectée directement dans le cuir chevelu, la solution à base de stéroïdes permet d’atténuer la réaction immunitaire qui est à l’origine de l’alopécie areata

Par ailleurs, afin de corriger de façon définitive l’alopécie, il existe aujourd’hui des techniques de greffe de cheveux efficaces.

 

Sources :

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/530-alopecie-quest-ce-que-cest-comment-traite-t-on-la-perte-de-cheveux-rapide
<![CDATA[Conseils pour l'allaitement maternel]]>

Voici quelques conseils pour l'allaitement maternel.

  • Installez vous dans une position confortable, votre bébé doit être bien soutenu et tout contre vous
  • Appuyez le menton de votre bébé contre votre sein pour déclencher l'ouverture de sa bouche
  • Quand il ouvre la bouche, approchez-le vite du sein. Lorsque le mamelon touche son palais, le réflexe de téter se déclenche. Votre mamelon doit se rendre très loin dans la bouche de votre bébé, à l'endroit où le palais devient mou pour garantir votre confort et le bon transfert du lait. 
  • Vous devez le voir téter, avaler et respirer sans problème. Les mouvements de sa mâchoire deviennent de plus en plus lents et profonds au fur à mesure
  • La tétée doit être sans douleur. Vous pouvez ressentir de l'inconfort les premiers jours. La douleur peut venir d'une mauvaise position. Si jamais l'allaitement est douloureux, il est important d'en parler à un spécialiste (médecin, infirmière, sage-femme, consultante en lactation,  ...).
  • Si votre mamelon est déformé après la tétée (il doit être rond) c'est parce que votre bébé ne le place pas assez loin dans sa bouche
]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/525-conseils-pour-lallaitement-maternel
<![CDATA[Comment désinfecter sa maison ?]]>

Avec la pandémie Covid, nous avons tous appris l’importance des gestes barrière pour ne pas contaminer autrui. Voici quelques astuces pour bien nettoyer sa maison et limiter la propagation d’une maladie, que ça soit la Covid, une grippe ou un rhume :

  • Pensez à bien vous laver les mains surtout en revenant de l'extérieur
  • Munissez-vous de produits nettoyants si personne n'est malade. Si un malade est dans la maison, utilisez des produits désinfectants comme l'eau de javel ou l'alcool
  • Tous les produits ne sont pas efficaces : le vinaigre blanc n'a pas d'effet sur le SARS-CoV2, de même que les produits à vaporiser dans l'air (l'aération, elle, est efficace)
  • Nettoyez les poignées de portes, les interrupteurs, les télécommandes et toutes les surfaces régulièrement touchées
  • Aérez chaque pièce plusieurs fois par jour, à fortiori si vous avez un malade à l'intérieur
  • N'oubliez pas de nettoyer aussi votre téléphone portable avec un chiffon microfibre et du savon ou une lingette adaptée !
]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/521-comment-desinfecter-sa-maison
<![CDATA[Comment faire l'injection d'insuline ?]]>

Comment utiliser un stylo à insuline ou une seringue ? Les indications peuvent varier selon le modèle, le type de cartouche et l’aiguille, mais certains gestes restent les mêmes :

  1. Pratiquez chaque injection sur une nouvelle zone du corps de manière à conserver l'efficacité du traitement
  2. Faites l’injection sur une peau propre, désinfectez-la si besoin
  3. Installez-vous dans une position qui laisse la peau bien souple dans la zone d’injection
  4. Faites l’injection tout de suite après avoir préparé le stylo ou la seringue
  5. Les aiguilles de 4 et 5 mm simplifient la technique d'injection car elles permettent dans de nombreux cas d'injecter sans pli à 90°
  6. Comptez lentement jusqu’à 10, pour éviter une perte d’insuline, et retirez l’aiguille bien droite, sans tourner le stylo

 

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/520-comment-faire-linjection-dinsuline
<![CDATA[Comment bien se laver les mains ?]]>

Le lavage des mains est un geste très simple à adopter au quotidien Il est indispensable pour lutter contre les virus qui nous entourent. Alors pour éviter de partager grippe, gastro, coronavirus ... apprenez à vous laver les mains dans les règles de l'art ! A noter : si vous ne pouvez pas vous laver les mains, il est possible d'utiliser du gel hydroalcoolique. 

  1. Se mouiller les mains à l'eau courante
  2. Se savonner les mains, si possible avec du savon liquide* (pendant 30 secondes minimum)
  3. Insister sur : la paume, le dessus des mains et les poignets
  4. Puis sur : le pourtour des ongles, entre les doigts et les pouces
  5. Bien se rincer les mains sous l'eau courante
  6. Se sécher les mains avec un linge propre (éviter les séchoirs électriques)

* Le savon dur peut retenir des bactéries à sa surface 

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/519-comment-bien-se-laver-les-mains
<![CDATA[La diversification alimentaire]]> La diversification alimentaire est le passage d’une alimentation exclusivement à base de lait infantile ou maternel vers une alimentation solide. On va donc passer d’un aliment unique à toute une variété d’aliments mais pas n’importe comment. L’introduction de nouveaux aliments à votre bébé doit se faire progressivement, en fonction de l’âge du nourrisson et de la nature de l’aliment afin d’arriver à une alimentation familiale vers l’âge de 1 à 2 ans. Les recommandations ont beaucoup changé au fil du temps, il y a de quoi s’y perdre.

 

Quelles sont les recommandations sur l’âge de la diversification alimentaire ?

La diversification alimentaire doit commencer à partir des 4 mois révolus du bébé et avant ses 6 mois même chez les enfants à risque d’allergie alimentaire. Passé les 4 à 6 mois, l’alimentation par le lait uniquement ne couvre pas les besoins nutritionnels nécessaires au bon développement de l’enfant.

 

Quels sont les conseils pour que la diversification se passe bien ?

Avec une alimentation exclusive au lait maternel ou artificiel jusqu’à ses 4 mois, le bébé a un estomac et un système digestif assez immature, c’est pourquoi la diversification doit se faire progressivement. De 4 à 8 mois, proposez des aliments mixés (préparation lisse) puis moulinés pour la période de 8 à 10 mois et après 10 mois, vous pourrez introduire les morceaux.

Il n’y a pas d’ordre strict à respecter pour introduire les différents groupes d’aliments (légumes, fruits, volaille, poisson, viande, œufs, légumes secs, féculents et produits laitiers) mais il est important de diversifier au maximum en introduisant un nouvel aliment tous les 3 à 4 jours. Une fois la diversification commencée, introduire assez rapidement les allergènes alimentaires (produits laitiers, œuf, arachide) que vous ayez un enfant à risque d’allergie ou non.

Respecter les horaires des repas et toujours faire en sorte que le repas soit un moment de plaisir et d’échange, éviter tout conflit.

 

Quelles sont les pratiques les plus courantes dans l’introduction des différents groupes d’aliment ?

Dans un 1er temps, la tendance est de commencer par les légumes et les fruits, faites les goûter un à un à votre bébé pour qu’il puisse s’habituer et apprécier le goût. Préférez les légumes avant les fruits car bébé sera plus intéressé par le sucre des fruits. N’ajoutez pas de sel ou de sucre à vos préparations.

Dans un 2ème temps, arrivent la viande, le poisson et les œufs (cuit dur) à raison d’une fois par jour. Pour les viandes, il est conseillé de limiter les abats et la charcuterie.

Dans un 3ème temps, on va pouvoir laisser place aux féculents, d’abord les pommes de terre, puis les pâtes, le pain, le riz, la semoule… Proposer de temps en temps des légumes secs en purée.

Vous avez toutes les clés en main pour une diversification réussie, à vous de jouer et de passer des bons moments avec votre bébé.

Source :

https://www.ameli.fr/la-reunion/assure/sante/themes/alimentation-0-3-ans/debut-diversification-alimentaire

]]>
https://www.mesoigner.fr/conseils/518-la-diversification-alimentaire